Archives du blog

Le Jardin du Mayeur

Jardin

Ce petit havre de paix se trouve derrière l’illustre hôtel de ville.

Il est accessible depuis le souterrain qui part de la cour intérieure de l’hôtel de ville.

Il fut amenagé entre 1930 et 1936, un endroit calme et reposant qui débouche également depuis 1972 sur la rue d’Enghien.

Ce jardin s’étend sur l’ancien territoire agreste de l’Hôtel de Ville. Le bâtiment de briques qui le barre est une partie de l’arsenal des pompiers, construit en 1848 sur les plans de l’architecte Sury, et partiellement démoli lors de l’aménagement du jardin et de la restauration du Mont-de-Piété (1625, par W. Coebergher) puis l’installation des Musées du Centenaire (1932). Ce vaste bâtiment s’ouvre aussi sur la rue du 11 Novembre et sur la rue Neuve. Aujourd’hui, le Mont-de-piété fait l’objet de vastes travaux de restauration, afin d’y abriter le futur centre d’interprétation consacré au mythe de saint Georges.

mont

Dans ce parc on y retrouve la célèbre fontaine du Ropieur créée par L.Gobert en 1930 et faite de bronze et de pierre.

ropieur

Qu’est ce qu’un Ropieur?

Ce gamin des rues, farceur et malicieux, « franc comme un tignieux mais bon comme le pain », attend le passant pour l’éclabousser en déviant de sa main le jet d’eau!

Certains arbres se trouvant dans le jardin ont trois-quart de siècle!

Vous pouvez y admirer le hêtre pourpre qui peut vivre plus de 400 ans et dépasser 30 mètres de hauteur… mais également un Paulownia tomentosa dont la belle morphologie est elle aussi due à son isolement. Avec ses fleurs d’un bleu-violet original, splendides en mai et juin, il nous vient du Japon.

Comme on le fit beaucoup autrefois le long des avenues ou sur de nombreuses places de villages afin d’y donner un peu d’ombre, deux ensembles de tilleuls ont été plantés le long du bâtiment qui accueille les musiciens de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie et, en groupe, face à l’ancien Mont-de-Piété. Comparativement aux autres arbres du Jardin du Mayeur, ils sont encore relativement jeunes.

Tout comme le marronnier qui, de l’autre côté, entouré de ses bancs métalliques, attend les années pour se déployer en force.

Un endroit paisible où flaner et prendre un peu le frais une belle journée d’été ou de printemps!

Publicités