Archives du blog

Impressions d’ein Homme Blanc

20100531113335_ftpj_18

Qui s’ qu’aroit pinsé ça ? Mi, l’infant du Faubourg,
Tout calme éié tout tranquie, qu’j’arois ieu l’chance ein jour
D’arriver su la Place habillé tout in blanc,
Avé n’ larch’ ceinture noire éié des rouges ribans ?

Pourtant, c’ n’est nié ein rêv’ ni la grande illusion !
Tout-à-l’heure, dins in moumint, ej’va faire el’ Lum’çon !
Espliquer c’qué j’arsins à mes amis montois,
C’n’est nié facile à faire in deux-tois vers patois…

Déjà dépuis des s’maines, je n’pinse pu à rié d’aut’
S’qu’ej’ s’rai à la hauteur, aussi fort que les aut’es ?
Tous ces solides gaillards qu’ont 20 ans in moins qu’mi !
Ej’n’ose pu trop fumer, j’ai peur de boire ein d’mi…

Bah ! Si j’n’ai pu 20 ans, j’ai ein moral dé fier !
J’va montrer à les jeunes c’qu’ej’ suis capab’ de faire !
Tout in haut du Catiau, Paula donne el’ départ
Alea jacta est ! J’em prinds pour Jules César !

El’ musique in avant attaque l’air du Doudou
Mes bouyaux fond des noeuds avé n’ cocarde au bout
On arrive su la Place et on rinte dédins l’rond
Mé Bon Dieu ! Qu’il est lour el’ fainéant d’ Dragon !

Telmint lourd qu’in moumint y m’avoit bé semblé
Que j’el portois tout seu, qu’lés aut’es en’ faisoient rié
Mé ça n’étoit nié vrai ! Tout l’ monde faisoit s’ n’ ouvrage !
Et ça couminch’ à peine, je n’ va nié pierte courage !

Ej’ n’ intinds pu l’ musique, je n’ vois rié ni personne
Ej’ crach’ dédins mes mains et j’arlèv’ em’ maronne
Après tout, j’ai deux bras et je n’ vois nié c’qui m’ manque !
Ca n’doit nié êt’es pu dur qué d’êt’e caissier dins n’ banque

J’sins qu’ em’ coeur a 20 ans et j’artrouve em’ souplesse
T’à-l’heure, j’étois César et met’nant l’Cordobès
et puis, on a s’ fierté, j’vos l’dis, ami montois !
On n’ meurt nié dins l’arêne quand on s’appelle Leroy !

Quet’ fois dins m’ n’infrouill’mint, j’ n’ sais pu aou m’ mette
In passant tout près d’mi, St-Georges em’ fait n’guignette
Pour mi c’est ein dopping, j’ sins r’véni mes couleurs
A l’horloge de la Ville, 20 cops j’ai r’gardé l’heure

Et jusse comme Aramis a fait feu su l’carcasse
J’arrivois el’ tout premier dédins l’Cour Barrabas
Ca va, j’ suis fier dé mi, j’ mé sins nié trop scran !
Mé, l’ lind’main, quand j’ m’arlève, j’ai bé 80 ans…

Ej’ suis démoulquiné, démoli, tout kranbleu
Hier, j’étois tout blanc et mint’nint j’ suis tout bleu
Mé c’est sans importance ! J’in garde ein tel souvéni
Que si l’Bon Dieu l’ permet, j’ el f’rai co s’ n’ année-ci !

Marcel Leroy (1979)

Poème écrit par un ancien Homme Blanc, pour son dernier Combat, en 1979.

 

 

Publicités